PLAN DIRECTEUR SÉCURITÉ CÔTIÈRE

En juin 2011 le gouvernement flamand a approuvé le Plan directeur Sécurité côtière. Ce plan propose une série de mesures pour protéger notre côte d’une longueur de 67 kilomètres contre une marée de tempête millénaire. La même année, la Division de la Côte a déjà commencé à mettre en œuvre les mesures.

Dans le Plan directeur, tous les risques d'inondation sont enregistrés et les zones à risque sont cartographiées. Des mesures et des alternatives possibles ont été étudiées pour chaque zone à risque. L'accent est principalement mis sur la réalisation des mesures choisies nécessaires pour garantir la sécurité côtière jusqu'en 2050. L'augmentation attendue du niveau de la mer a été prise en compte.

En plus de la mise en œuvre des mesures prévues, il est important de surveiller de près l'érosion côtière et les conséquences des tempêtes. La Division de la Côte fait réaliser un survol de la plage par avion deux fois par an et le survol des dunes une fois tous les trois ans. Des cartes hypsométriques des plages et des dunes sont établies grâce à la technologie LiDAR (Light Detection And Ranging). Il est ainsi possible de déterminer les lieux où des problèmes d’érosion ou de sédimentation se posent, afin de définir leur gestion. Vu que la pré-berge (la plage sous-marine) joue un rôle important dans la dynamique côtière, elle est également cartographiée.

Pour l'entretien de toute la protection côtière de façon à ce qu'elle continue à satisfaire au niveau de sécurité prédéterminé la Division de la Côte effectue des réensablements d’entretien. Tous les six ans, une évaluation de la protection côtière a lieu. La dernière évaluation a été faite en 2017. Vous trouverez plus d’informations sur cette évaluation ici.

Les mesures du Plan directeur Sécurité côtière nous protègent non seulement contre une marée de tempête millénaire, mais aussi contre des marées de tempête plus petites. Avec des marées de tempête supérieures à une marée de tempête millénaire, notre côte n'est pas entièrement protégée, mais l'impact sera moindre en raison des mesures prises.

Quelles mesures ont déjà été prises ?

Lors de l'exécution des mesures, la Division de la Côte part du principe « doux si possible, dur si nécessaire ». En effectuant des réensablements le long de notre côte, nous visons à la fois une côte sûre, attrayante et naturelle.

Des réensablements dans le cadre du Plan directeur sécurité côtière

Dans le tableau ci-dessous, vous trouvez les zones à risque du Plan directeur sécurité côtière, ainsi que le statut actuel de la mise en œuvre des mesures douces dans la zone concernée. L'entretien mentionné des zones à risque comprend à la fois l'entretien prévu et les réparations de dégâts importants de tempête (par exemple après la tempête Nicholas 2013 ou la tempête ‘Dieter’ en 2017)

Zone Status
De Panne Centrum

Le réensablement: 2011

L'entretien: 2017

Sint-Idesbald - Koksijde Centrum

Le réensablement: 2011

L'entretien: 2017

Koksijde - Gilles Scottlaan Le passage de dunes rehaussé et reconstruit: 2013
Middelkerke - Westende

Le réensablement: 2013 - 2015

L'entretien: 2017

Oostende - Mariakerke & Raversijde

Le réensablement: 2014

L' entretien: 2018

Oostende Centrum

Le réensablement: 2013

L'entretien: 2018

Oostende - Oosteroever Le réensablement: 2014
De Haan - Wenduine

Le réensablement: 2012

L'entretien: 2014, 2016, 2017, 2018

Blankenberge Le réensablement: 2014 - 2015 + L'utilisation du sable dragué du chenal du port
Knokke-Heist Prélèvements des remblais prévus en 2012, 2013, 2014, 2015 en 2017

En plus des rechargements de sable prévus dans les zones à risque, durant la période 2011-2018, plusieurs réensablements plus petits ont été effectués sur d'autres endroits de la côte afin de conserver la robustesse de la protection côtière sur ces lieux. En outre, la Division de la Côte effectue un autre type de réensablement : celui de la préberge. En octobre 2017, un tel réensablement a été effectué à Nieuport. Lisez ici plus d’informations à ce sujet.

Les réensablements sont indéniablement l’une des interventions les moins pénibles pour l’environnement dans le cadre de la protection côtière et de la protection contre les inondations. L’écosystème est néanmoins temporairement affecté par l’apport de grandes quantités de sable sur nos plages.

Pour limiter autant que possible l’impact et favoriser au maximum la reconstitution du milieu marin, la Division de la Côte a commandité une étude visant à déterminer comment réaliser le rechargement en sable (ou remblaiement) de la manière la plus écologique possible. L’approche dite de l’écosystème doit déboucher sur une vision globale et inclusive de l’écologie des plages.

En outre, un programme de monitoring a été mis en place pour les grands projets. Sur la base d’un monitoring à T0 (à savoir une étude du milieu écologique avant une intervention humaine) et d’un monitoring à T1, T2, T3,… (à intervalles réguliers après les travaux), il est possible d’établir l’impact environnemental des gros projets immédiatement après les travaux et de déterminer l’évolution de la reconstitution de l’environnement. Si cela est nécessaire et possible, le déroulement des travaux est adapté. Plus important encore, ces prises d’échantillons et études apportent de nombreuses informations utiles pour les éventuels projets futurs et sont utilisées pour le contrôle de leur impact environnemental.

 Protection côtière dure

À certains endroits, la protection par une plage plus large et plus haute est insuffisante. Dans ces endroits des mesures supplémentaires sont prises par la construction de murs antitempête, une construction d'amortissement des vagues, une digue plus large ou une barrière contre les marées de tempête.

2012 : À Ostende, la promenade Albert I a été renforcée sur toute la longueur et équipée d'un mur antitempête mobile entièrement amovible. Suite à la rénovation de la promenade en bord de mer, une partie du bastion historique, la Zeeheldenplein, à la hauteur du Klein Strand, a été complètement renouvelée. En savoir plus.

2014 :

  • La construction de murs antitempête a débuté sur la rive Est à Ostende. Ce projet est exécuté en plusieurs phases. La poursuite de la réalisation des murs antitempête autour des docks sera également abordée en phases. En savoir plus. 
  • En septembre, la Division de la Côte a commencé la démolition et la reconstruction de la digue à Wenduine. La nouvelle digue est structurellement plus solide et localement plus large de trois à dix mètres. La construction sur la digue de deux murs antitempête a créé une cuvette pour dissiper les grosses déferlantes. Le projet a été achevé fin juin 2015. En savoir plus. 

2016 :

  • En mars ont commencé les travaux pour l'expansion du Zwin. La plus célèbre réserve naturelle recevra 120 hectares de nature en plus. Elle sera entourée d'une nouvelle digue destinée à protéger notre zone côtière et l'arrière-pays de Flandre- Occidentale et de Zélande contre les inondations provenant de la mer. En savoir plus. 
  • Le port de plaisance de Blankenberge est l'un des maillons faibles de notre côte. C'est pourquoi en septembre 2016 la Division de la Côte a commencé à travailler autour du port pour sécuriser la ville. En collaboration avec la ville de Blankenberge, un mur antitempête architectural sera construit autour du port. En combinaison avec un renouvellement de la zone autour du port de plaisance, Blankenberge sera ainsi un port plus sûr mais aussi plus élégant et plus vert. En savoir plus. 

 2018 : au printemps la Division de la Côte démarre la construction d’un barrage antitempête dans le chenal portuaire de Nieuport qui doit protéger la ville et l’arrière-pays contre les crues lors des tempêtes violentes. Les travaux dureront plus de trois ans. En savoir plus. 

Que nous réserve l’avenir?

La Division de la Côte continuera à l'avenir à travailler sur une côte sûre. Les projets ci-dessous sont entièrement en phase de préparation.

  • Mariakerke-Raversijde : Fin 2018, la Division de la Côte commencera à mettre en œuvre les mesures anti-inondations sur la digue de Mariakerke jusqu’à Raversijde. Dans certaines zones, il y aura un mur antitempête et à certains endroits, la digue deviendra plus large. De plus, la création d'un paysage de dunes devant la digue devra affronter les problèmes causés par le sable projeté par le vent sur les voies de tram et la route côtière. La rénovation des parties désuètes de la digue créera une plus-value pour les résidents et les amateurs de loisirs.
  • À Middelkerke, la digue subira une transformation radicale. L'ensemble de la digue sera reconstruit et obtiendra une nouvelle disposition. Entre la digue et la plage, les dunes réapparaîtront dans les espaces verts. Ceux-ci serviront de tampon en cas de conditions météorologiques extrêmes ce qui permettra d’investir moins dans les structures en dur. En savoir plus. 
  • Dans le port de Zeebrugge, un mur antitempête sera construit entre la Visartsluis jusqu’à la New Yorklaan, et entre la Vandammesluis jusqu’au Zweedse kaai. En même temps, la piste cyclable sera renouvelée. L'exécution de ces travaux débutera en 2019.
  • Une étude est en préparation pour tester les écluses et les barrages le long de la côte.