Approche structurelle pour l'érosion de la plage de Wenduine et l'ensablement du chenal portuaire de Blankenberge

En 2017, la Division de la Côte a démarré une étude pour s’attaquer structurellement au problème de l'érosion de la plage de Wenduine et l’envasement du chenal portuaire de Blankenberge. Un nouveau Westdam (digue Ouest) plus élevé, à Blankenberge et un ou plusieurs môles à Wenduine furent identifiés comme les meilleures solutions. Tant la plage de Wenduine que le chenal portuaire de Blankenberge sont des sites nécessitant un entretien intensif. Afin de fournir la sécurité souhaitée contre les marées de tempête provenant de la mer, des remblais de sable sont effectués le long de toute la côte. À la hauteur de Wenduine, le littoral montre un léger virage, ce qui rend cette zone sujette à une érosion accrue. Le profil de la plage s'est avéré insuffisamment stable ici. Par conséquent, il était nécessaire d'effectuer des remblais d’entretien fréquents pour compenser l'érosion après plusieurs tempêtes. Le problème de l'érosion à Wenduine provoque également un transport de sable accru en direction de Blankenberge. Le port de plaisance de Blankenberge a une entrée portuaire courte, étroite et en même temps peu profonde à proximité de la mer qui s'ensable à très court terme. Des tempêtes annuelles entraînent un ensablement rapide du chenal portuaire, ce qui crée une situation dangereuse pour la navigation de plaisance. L’ensablement et le dragage qui en suit rendent l'accès au port de plaisance difficile. Afin d'obtenir une solution structurelle pour les deux sites, une étude a été lancée en 2017 sur des mesures possibles. Plusieurs scénarios de projet ont été étudiés en utilisant la modélisation numérique de l'écoulement, de l'action des vagues et de la morphologie. Les alternatives ont ensuite été comparées en termes d'efficacité, soit dans quelle mesure l'ensablement à Blankenberge et de l'érosion à Wenduine ont été réduits, en termes d'accessibilité nautique, de sécurité de la baignade, de sécurité côtière, des aspects du paysage et de la perception, de coût-efficacité et de l'impact environnemental. La phase de faisabilité de cette étude est maintenant terminée et montre qu'il existe de bonnes solutions techniques qui peuvent être récupérées à court et à moyen terme. À Wenduine, la solution réside dans la construction d’un épi à l'est des bâtiments ou dans un champ d ‘épis. Ces épis assurent une plage plus stable, entraînant moins d'érosion, moins de remblais d’entretien seront nécessaires pour garantir la sécurité, ce qui diminuera le transport de sable en direction de Blankenberge. Pour Blankenberge, il a été opté pour la construction d'une Westdam (digue Ouest) plus haute et plus longue. Cette digue sera en mesure de mieux contrer le transport longitudinal du sable, ce qui réduira grandement l'ensablement du chenal portuaire. Le nouveau barrage sera au moins 150 mètres plus long que le barrage bas actuel. La digue Est existante avec la palissade en bois protectrice sera conservée. Le choix des deux alternatives préférées signifie démarrer le trajet vers son exécution. Grâce à d'autres consultations avec les parties prenantes, le projet sera affiné afin d'optimiser l'utilisation de la plage, l'accessibilité au port de plaisance, l'interaction avec la palissade en béton existante sur la digue Ouest, etc. Parallèlement, le projet technique de la digue et des épis, les analyses préliminaires du sol et la phase d'autorisation (procédure d'EIE) commencent.